samedi 15 septembre 2012

Philosophie de vie



 "Si jamais l’automobile venait à se généraliser, cela engendrerait un égoïsme terrible chez l’être humain. Cela entrainerait une violence dans des proportions que nous n’avons encore jamais connues : ce serait la fin de la famille telle que nous l’avons connues avec trois ou quatre générations partageant le même foyer. cela anéantirait nos relations avec notre voisinage et l’idée même de la communauté. Nous verrions de gigantesques villes se créer comme des cancers, des banlieues résidentielles à la fausse opulence, une campagne aux paysages ruinés, des agglomérations encerclés par des usines destructrices pour la santé, des fermes industrielles spécialisées. Cela ferait de chaque homme un tyran."
 

Raphael Aloysius Lafferty, Interurban Queen, circa 1960.

Réflexion, ô combien visionnaire!
Je m'amuse à imaginer maintenant si le pétrole disparaissait tout à coup: les voitures s'arrêteraient ça et là dans un immense désordre, les chaudières s'éteindraient et les cheminées d'usines ne fumeraient plus. Les villes se videraient en partie par des trains bondés d'énergumènes sans repère, abrutis du besoin de déplacement à la recherche de leur identité. On verrait alors des hordes de guenilleux à l'affût de renseignements plus ou moins farfelus se répandre dans les campagnes pour squatter les vieilles maisons abandonnées où ils pourront faire du feu avec les vieux meubles en attendant que les arbres coupés à la sauvage sèchent. Grattant la terre d'un geste malhabile, ils essaieront tant bien que mal à faire pousser des légumes tout en s'organisant pour faire des tours de garde, de culture et de cuisine. Les villes quant à elles seront alors livrées au pillage et aux bandes organisés; on circulera entre les voitures dépouillées de leurs accessoires, devant des magasins désolés et les bureaucrates tenteront avec l'énergie du désespoir de continuer un semblant de transactions.
Mais au-dessus de ce chaos, l'Etat souverain veille. Pour un temps Il se donnera le nom de "bien-aimé" prenant exemple sur certaines époques royales, en adoucissant les taxes et les pressions de toute sorte apportant un souffle de liberté. Le peuple en désarroi aura une impression soudaine de bonheur, de joie de vivre avant de s'essouffler dans des batailles de voisinage, de jalousie, de mesquinerie et de médisance. Une joie naturelle retrouvée, mais toujours dépourvue de charité car soustraite délibérément à toute spiritualité, s'effondrera dans une nouvelle vague chaotique.
Notre souverain Etat sortira alors de son chapeau une nouvelle énergie miraculeuse, cette fameuse fusion froide par exemple, une énergie illimitée, gratuite, quelque chose de merveilleux qui libérera notre nation de cette dépendance énergétique mortifère: la liberté retrouvée! lirions-nous partout, en proie à une liesse immense. Tout peut reprendre, tout est possible. Quand hier on cherchait des solutions à ce monde fou, à ces gaspillages énergétiques, quand des réactionnaires de tout poil se levaient de tout coté, réveillés par tant de souffrance, de désordre et d'inhumanisme, aujourd'hui ils se réjouiraient de pouvoir continuer comme avant, de n'avoir plus à se dire: "on ne peut plus continuer comme cela, il faut trouver des solutions alternatives à notre mode de vie occidentale, à notre confort, à notre consommation."
Motivés par un problème, ils cherchaient des solutions, mais ils ne comprenaient pas que c'était une philosophie de vie qu'il fallait trouver et non des solutions.
Devant ces promesses de lendemain radieux, on verrait alors tous ces gens revenir dans les villes, dans leur pavillons de banlieues, leurs appartements, reprendre le chemin du boulot, repousser leurs caddies et comme des poules en batterie de nouveau baisser la tête devant le dieu du modèle occidentale qui de nouveau remplira leur gamelle.
Trouver des énergies renouvelables à bas coûts peut être une bonne chose pour sortir les pays d'une dépendance qui les tue, pour faire évoluer les pays pauvres, pour limiter les super-puissances, mais cela changera-t-il les esprits, cela ne contribuera-t-il pas à enferrer notre monde dans un matérialisme sans égal et à tuer plus sûrement son âme?
La phrase évangélique: "il est plus difficile à un riche d'entrer dans le paradis qu'à un chameau dans le chas d'une aiguille", prend ici tout son sens. Qu'on ne se méprenne pas, il ne s'agit pas de riche en numéraire, mais bien plutôt de tous ces gens riches de besoin et d'envie, riches de nouveautés et fantasmes, riches de course au progrès et aux affaires, riches de soucis mais tellement pauvres spirituellement, une pauvreté qui limite la spiritualité à une opinion, à une architecture de sens, un cadre ou une convenance sociale.
La civilisation qui pourrait renaître d'une crise majeure ne peut être que spirituelle, sinon elle ne sera pas. Toute cette "réactionnite" n'est qu'écume et fadaise, illusion et défouloir de petits bourgeois malmenés si aucune transcendance ne vient la soutenir pour l'unifier et la diriger vers le bien.
Troquer une heure de plaisir contre un rosaire deviendra alors le signe du vrai courage.




11 commentaires:

  1. Salutation Sonia (déja dit ce matin dans un long commentaire qui n'est pas arrivé chez vous car j'étais dans ma "miniBAD"en wifi d'ou bug possible!)
    Le pétrole ne tarira jamais a mon avis(vous avez du voir,lire plutot,comme moi Dmitri Orlov sur le pic petrolier;moi je comprend pas,mon intellect étant limité)je crois que la "rarefaction" du petrole est un bon pretexte pour nos autocrates de tout augmenter a leurs guises,la touche que je tape dessus est faite avec,grâce,a du petrole.
    Vous aiguillonnez la réacosphére,mais vous même ne souhait(i)ez vous pas vous alliez avec quelques personnes dignes d'interets pour creer une communautée autonome en achetant un village ou quelques maisons groupées,abandonnées?(je suis absolument sûr que cela est impossible,a moins de le faire comme Piero San giorgio,Suisse(s),en ayant une imposante masse de fric,je suis sûr,en amont de cela,pour demarrer)
    Vous connaissez la Chine,leur systéme donc j'imagine;je me souviendrais toujours,c'était une femme qui prononçait ceci a une radio il y a quelques temps déja "en Chine le medecin est payé quand ses patients son en bonne santé"je parierais que leurs systémes sociaux sont aussi aux antipodes des nôtres,occidentaux;j'en deduis que leurs systémes sont sains,les nôtres malsains et comme effet notable:lessivage de l'éspéce,la blanche,l'occidentale.
    Vivant dans cet environnement hostile a longue échéance,j'essai de m'adapter;il parait que l'homme a de remarquable capacité d'adaptation :)
    "Enferrer notre monde" formulez vous..
    "Le peuple forge ses fers" extrait du livre les chaînes de l'esclavage de Jean Paul Marat(tiens pour ma touche d'humour j'ai toujours dis que prendre un bain c'est inutile et une douche suffit,si ça se trouve y se serait pas fait ôter la vie dans une douche!:))
    Il dit aussi et ça pourrait vous déplaire mais tant pis je m'y risque!"les mahomets et autres faiseurs de sectes"..IL semble que les croyances de quelques origines qu'elles soient,ne lui convenaient pas.
    Dom.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    doctorante en science politique à l'Université Montpellier I (laboratoire CEPEL CNRS), je réalise une thèse sur la blogosphère.
    En acceptant de répondre à ce questionnaire (temps estimé : 15 min), vous apportez une aide précieuse à mes recherches.
    Vos réponses seront traitées de façon confidentielle.

    En vous remerciant,

    Voici le lien vers le questionnaire :

    https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?fromEmail=true&formkey=dHZZSVdhWGxzZjZMbmluTXVWVkFGV0E6MQ

    RépondreSupprimer
  3. bonjour Dom,
    le probleme d'un pétrole limité n'est qu'une question de logique...mais bon, ce n'est pas vraiment le but de ce message.
    Vous savez, je suis bien petite pour aiguillonner la reacosphère. Ce que j'écris correspond en quelque sorte à mon propre chemin que j'essaye de me frayer dans ce monde qui n'est pourri que parce que nous le voulons bien.
    Il est vrai aussi que je ne suis pas dans un processus de caressage de poil et de réaction de grenouille ébouillantée, mais plutôt dans un truc un peu soviétique, je sais, mais qui peut avoir sa valeur absolue, à savoir l'autocritique.
    Peu de réac se remettent en question mais pensent avoir découvert le fil à couper le beurre et devenir tout à coup les derniers mohicans d'une civilisation moribonde uniquement parce qu'ils ont ouvert les yeux (trop tard, mais ça c'est pas trop leur problème). Malgré leur réveil, ils continuent leur vie, se complaisent dans leur philosophie de gare, issue directement de l'educ.nat. sans penser que ce n'est pas un virage qu'il faut faire pour éviter de se prendre un arbre dans la figure, mais qu'il faut changer de route.
    Quant à faire une BAD, là encore j'en reviens, le terme en lui-même justifie mes écrits: base autonome durable. Le terme base donne cette idée de provisoire, malgré le durable qui ne prend donc qu'un sens de moyen terme, car une base sert en général en temps de guerre, ce qui correspond à la réalité, mais ce qui voudrait dire qu'après la guerre la base n'aura plus lieu d'être? c'est là l'erreur: il ne faut pas des solutions mais une philosophie de vie.
    Oui, je souhaiterais acheter un village à plusieurs, non pour me retrancher, mais pour reconstruire et pour cela il faut un maximum d'idées communes...c'est peut-être impossible, mais ce n'est pas vrai que cela suppose un tas de fric. Et si on n'est pas capable de mettre tout ce qu'on a dans un pareil plan, cela signifie qu'on n'est pas prêt à reconstruire la société, juste à la solutionner temporairement.
    A mon idée, cela ne pourra se faire qu'avec mes enfants. J'ai déjà commencé à construire et à jeter mes premiers jalons, ce n'est encore qu'un début mais j'espère bien recréer une petite société intergénérationnelle et j'éduque mes enfants en fonction. La famille restera toujours un fondement essentiel à la société, c'est par là qu'il faut commencer.
    Pour la Chine, je ne connais pas trop leur système social, j'étais soigné gratuitement par le gouvernement qui m'employait, je ne me suis pas vraiment posé de question!
    Bien d'accord avec vous qu'une douche suffit, mais désolé, les pensées de Marat le sanguinaire ne m'intéressent fort peu.
    Sinon, essayez de me justifier et de comparer la religion catholique avec les muzz et les sectes, ensuite on en reparle...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Sonia
    "Autocritique" dénote une belle âme,grand bien vous en fasse.
    J'ai fais et défais commentaires,dû a introspection,turpitude,nichées au grenier,comme des vieilles folles.Je ne sais plus quoi répondre de votre aimable réponse,vous avez du répondant c'est a n'en point douter.(Balzac dirait "une femme comme il faut" ne pas confondre avec "une femme comme il en faut":-))
    Au plaisir de vous lire.
    Dom.




    RépondreSupprimer
  5. "une femme comme il faut" ne pas confondre avec "une femme comme il en faut":-))
    ne faut-il donc pas de femme comme il faut? vous me vexez...

    RépondreSupprimer
  6. Je me suis mal exprimé..ou bien vous avez mal compris Sonia,la nuance faite avec ce "en";si j'ai bien compris ce court texte de Balzac,il rend honneur a la femme qu'il faut(vous!)et annonce que la femme comme il "en" faut est une pâle copie de la premiére :-)
    Dom.

    RépondreSupprimer
  7. vous êtes bien aimable...mais encore faut-il que je sois vraiment une femme comme il faut :), rien de moins sûr!

    RépondreSupprimer
  8. Alliance d'intelligence et humilité.
    Parmi les blogueurs il y en a peu comme vous qui souhaitent "ouvrir les yeux aux gens";grâce a internet la "parole s'est libérée"et c'est un bien.
    Au plaisir.
    Dom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. EXACT...SONIA EST UNE DURE ET UNE TENDRE...

      Supprimer
  9. Entièrement d’accord ! Texte magnifique. Un remarque : PENSE A CEUX DONT LA VUE BAISSE LA CALLIGRAPHIE EST BIEN TROP PETITE. BISES.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. désolée, mais tu peux toujours faire un "CTR +"!!!
      bises.

      Supprimer